Transit

Nous sommes si proches et pourtant de l’autre côté commence un autre monde. A l’horizon défile le libre échange et se voit contrariée la libre circulation. Ici, des trajectoires se croisent, et cohabitent les peurs et les rêves d’ailleurs. Aux portes de l’Union Européenne, aux carrefours des terres et des mers, il est des paysages délimités par l’Histoire des civilisations qui interrogent leurs spectateurs sur la place de l’individu dans un monde globalisé et sur la matérialisation de ses libertés. De part et d’autre des frontières des espaces communs je contemple l’immensité. Je suis au bout des routes, au plus près d’en face, au plus près du bord de cette immensité. 

One moment one place 

C'est ici et ce n'est pas ailleurs, le cadrage ne bouge pas et attire notre regard vers le détail. Nous sommes dans le quartier Kilpauk de Chennai en Inde mais si ce pays de contrastes a bien son importance, il n'y a pas de tentation au pittoresque ou à l'extraordinaire. Le photographe a posé son appareil et s'est minutieusement attaché à considérer l'évolution du temps. L'enchaînement des plans fixes qu'il a choisi de présenter sous la forme d'un film fait se dérouler devant nos yeux le rythme d'un quotidien. Les ombres glissent, les feuillages bougent et la lumière joue de ses simples effets pour redessiner sans bruit ni cesse un paysage dans lequel évolue un Homme. 

Body City

Corentin Mossière propose ici une vision qui cherche à surprendre et à perturber la vision du spectateur par la dualité de la réalité photographique et de cet acte physique de création d’un symbole urbain et humain.« L’homme signalétique » témoigne d’une ville en mutation, une ville que l’habitant doit se réapproprier sans cesse, et prévient le spectateur de ces changements qui concernent aussi bien la ville que ceux qui y vivent. Le travail de dyptique jouant sur la présence et la disparition propose un nouveau regard qui cherche à repositionner l’homme au coeur de la ville de demain.